Soeur Élisabeth Huot

Pourquoi suis-je entrée chez les Dominicaines Missionnaires Adoratrices?

C’est Jésus qui m’a choisie et conduite dans cette communauté. Bien qu’ayant grandi dans une famille chrétienne aux convictions religieuses profondes, je n’envisageais nullement devenir religieuse. Cependant, le mariage ne m’attirait pas non plus, même si j’ai vu mes cinq sœurs suivre cette voie. En fait, je me sentais différente des autres, timide et peu confiante en moi et craintive face à l’avenir, bien que réussissant très bien dans mes études et les divers engagements de mon adolescence. Je cherchais un sens à ma vie, à la vie tout court…

Jésus et Marie étaient très importants pour moi, je n’ai jamais douté de leur présence. Mais cette relation avait à s’approfondir et c’est ce que j’ai réussi à exprimer tant bien que mal lors d’une rencontre avec un prêtre de ma paroisse lorsque j’avais 19 ans : Mieux connaître Jésus pour mieux l’aimer.

C’est suite à cette rencontre, et spécialement au cours d’une célébration eucharistique, que j’ai senti intérieurement le désir d’être toute à Jésus. On chantait à ce moment-là : « O Jésus, je t’adore, je te donne ma vie, je t’aime tant. » Il est devenu clair pour moi que je serais religieuse… où, je ne le savais pas encore, mais c’était une certitude intérieure.

J’ai partagé cette expérience avec le prêtre que j’avais rencontré auparavant et c’est celui-ci qui m’a fait connaître la communauté des Dominicaines Missionnaires Adoratrices. Jésus connaissait ma timidité… je n’aurais pas eu le courage de partir à la recherche d’une communauté! Il a eu pitié de moi et m’a conduite tout de suite à celle qu’il voulait pour moi! Effectivement, dès la première visite, je me suis sentie bien et à l’aise avec la spiritualité qui rejoignait mes aspirations : adoration, silence, vie fraternelle joyeuse, amour de Marie etc. et après plusieurs séjours, je suis entrée un an plus tard, comme je l’avais intuitionné!

Peu à peu, j’ai approfondi cette spiritualité qui en est une de vie d’union à Dieu, de vie d’intimité avec Jésus qui donne sa vie par amour pour nous, spécialement dans l’Eucharistie, où l’accent est sur l’être et non le faire. Et je continue encore aujourd’hui, trente ans plus tard, à approfondir cet amour immense avec lequel Jésus se donne dans l’Eucharistie, à m’y unir de plus en plus : ce n’est jamais fini! Et cela s’exprime concrètement dans la vie communautaire et fraternelle ou dans les engagements apostoliques, où les occasions ne manquent pas de prouver mon amour pour Jésus. Et Marie a aussi une place très importante dans ma vie (et celle de la communauté), c’est elle qui me conduit à Jésus. Bref, je suis de plus en plus heureuse, ma soif et ma faim de Jésus ne cessent de grandir. Je cherchais un sens à ma vie, je l’ai vraiment trouvé en Jésus qui est la Source de ma vie, qui donne sens à tout ce que je fais et vis, qui m’aide à faire la volonté du Père comme lui, pour la gloire de la Trinité et le salut du monde.

s. Élisabeth Huot, o.p.

 

Dans ce vidéo soeur Élisabeth nous partage les clins d'oeil du pape Jean-Paul II dans son histoire de vocation.