Jeudi saint 2020 avec Mère Julienne

Pouvoir de l'offrir et de nous offrir avec lui

Cette année le Jeudi Saint sera vécu par beaucoup d'une manière bien différente, en cette période de pandémie. Beaucoup sont confinés, et ne pourrons pas participer concrètement à l'Eucharistie. Notre regard change en cette période de privation de célébrations eucharistiques et de la communion sacramentelle, surtout en ce grand jour du Jeudi Saint où nous célébrons l'institution de l'Eucharistie. Ce manque creuse en nous le désir de vivre l'Eucharistie à nouveau. Profitons-en pour méditer et approfondir ce mystère qu'est l'Eucharistie. Voici pour nous aider un extrait d'une allocution de Mère Julienne du Rosaire au Jeudi Saint (1976). Si nous ne pouvons pas communier sacramentellement, nous pouvons toujours nous offrir en offrande spirituelle, unis à l'unique offrande du Christ, des messes qui se célèbrent dans le monde.

Saint Jeudi Saint à vous!

Avant de s'immoler dans la réalité même de son être physique, il exprime symboliquement le drame que demain il va vivre. Emporté par son amour, il rend déjà présent, sous le signe du pain brisé, son corps labouré par les fouets, ses mains et ses pieds transpercés par les clous; et sous le signe du vin coulé dans la coupe, son sang versé jusqu'à la dernière goutte... Et il offre à son Père ce martyre qu'il subira dans quelques heures. Grâce à cette mystérieuse institution, ce précieux sang versé une fois pour toutes, toujours vivant et toujours fécond, traverse les siècles et coule sans cesse sur notre terre, lavant dans ses flots les péchés des générations successives.

C'est non seulement à ses apôtres qu'il dit: «Ce que je fais, vous devez le faire vous aussi», mais à nous tous, baptisés, revêtus par conséquent de sonsacerdoce royal, c'est-à-dire du pouvoir de l'offrir et de nous offrir avec lui. Au calvaire, il joue seul le jeu; mais par la vertu de son sang versé, nous devenons ses membres et entrons en participation de son oeuvre rédemptrice. Quelle éminente responsabilité que la nôtre! Y songeons-nous assez?

Il les aima jusqu'à la fin, Éditions du Cénacles, p.158