Premières démarches

 

Réputation de sainteté en ce qui concerne Mère Julienne du Rosaire

Après le décès de Mère Julienne du Rosaire survenu le 6 janvier 1995, des foules se précipitent autour de sa dépouille. Très rapidement on lit dans les journaux et dans la correspondance : « remerciements à Mère Julienne du Rosaire pour faveurs obtenues » ou formules analogues.

Ces faits et bien d’autres manifestent que, pour Mère Julienne du Rosaire, la réputation de sainteté, déjà acquise pour plusieurs, même avant son décès, n’a fait que croître après sa mort, et cela, très rapidement.

 

Encouragement de l’archevêque de Québec

Très tôt, l’archevêque de Québec, Mgr Maurice Couture, r.s.v., encourage la Prieure générale du temps, sœur Françoise Guillot, o.p., à poursuivre les démarches entreprises pour une appréciation théologique des enseignements de Mère Julienne du Rosaire et la diffusion de son message. Il demande également de recueillir sans tarder les témoignages de personnes âgées ou malades qui ont connu Mère Julienne, en vue de l’histoire de la Congrégation et, ultérieurement, pour une possible ouverture de sa cause. 

En novembre 1996, une prière pour l’obtention de faveurs du Cœur Eucharistique de Jésus par l’intercession de Mère Julienne du Rosaire est publiée, avec l'approbation de l'Archevêque, suite à des demandes répétées.

 

Demande à l'évêque diocésain d'introduire la cause de béatification et de canonisation de Mère Julienne du Rosaire

Le laps de temps de cinq années canoniquement exigé après le décès de la fondatrice étant passé, les démarches s'amorcent par les Dominicaines Missionnaires Adoratrices pour demander à l'archevêque de Québec l'introduction de la cause de béatification et de canonisation de Mère Julienne du Rosaire. Le 26 juillet 2001, avec l'appui de personnes importantes dont le postulateur général de l'Ordre Dominicain, le Père Innoncenzo Venchi, o.p., les premiers pas sont donc amorcés à cette fin.

Cependant, à cause de l'acceptation, par le Saint Père, de la démission de Mgr Couture comme archevêque de Québec, il faudra attendre l'arrivée de son successeur pour aller de l'avant.

Ce sera donc le Cardinal Marc Ouellet, nouvel archevêque de Québec, qui recevra la deuxième supplique du nouveau postulateur de l'Ordre Dominicain, le Père Vito Tómas Gómez García, o.p., demandant l'introduction de la cause de Mère Julienne du Rosaire. Le 2 novembre 2004, le Cardinal Ouellet émettra effectivement le décret d’ouverture de l’enquête canonique et de recherche des écrits de celle qu'on pourra maintenir nommer la « Servante de Dieu ».