Nouveau couvent constitué au Pérou

et donc départ de Comas

À Comas depuis 1962

Depuis la fondation du premier petit Cénacle à Comas, au Pérou, le 31 octobre 1962, de nombreux événements ont marqué la vie des Dominicaines Missionnaires Adoratrices en ce pays, entre autres des ouvertures et fermetures de petites maisons. On se rappelle Ricardo Palma pour l’ouverture d’un postulat, Magdalena del Mar pour celle d’un noviciat, puis Micaela Bastidas,  Mariano Melgar et La Pascana, selon les besoins d’apostolat de chacun de ces milieux. Partout, l’on rayonnait Celui qui est notre raison d’être : le Cœur Eucharistique de Jésus! Finalement, les sœurs se sont regroupées à Comas, lieu de notre fondation.

Puis une maison à Chaclacayo en 2006

En janvier 2006, une nouvelle maison s’ouvrait à Chaclacayo, dans le diocèse de Chosica, spécialement en vue de l’accueil de jeunes pour l’éveil à la vocation religieuse et pour la formation initiale.

Mais depuis 2017, la Prieure générale, constatant le nombre restreint de sœurs dans chaque maison, en discutait lors de ses visites annuelles et ensuite avec son conseil. Il était devenu nécessaire d’envisager le regroupement de ces deux petites communautés, afin d’assurer la poursuite de notre mission au Pérou. Lors de sa dernière visite, au début de l’année 2019, les réflexions individuelles et en groupes se sont poursuivies dans le but de discerner la volonté du Seigneur sur la Congrégation au Pérou. Finalement, vers la fin de la visite, il fut décidé ensemble que toutes les sœurs vivraient à Chaclacayo pour y former un « couvent » et que la maison de Comas serait fermée. Cette décision s’imposait pour la vitalité de la vie communautaire et la poursuite d’engagements apostoliques.

Réunies en un couvent

Donc, au fil des semaines et des mois, les sœurs de Comas préparaient leur départ définitif, avec tout ce que cela comporte de sacrifices pour quitter un milieu attachant et libérer une maison où l’on vit depuis 57 ans! De leur côté, les sœurs de Chaclacayo préparaient et leurs cœurs et les lieux pour accueillir leurs sœurs de Comas. C’est tout un défi de vivre à huit, quand on est habituées à n’y être que trois ou quatre!

Avant le départ des sœurs de Comas, les paroissiens et amis ont tenu à souligner cet évènement et remercier les sœurs pour leur présence et leur apostolat auprès d’eux durant près de 57 ans. Mgr Lino Panizza Richero, O.F.M.Cap., évêque du diocèse de Carabayllo, a tenu à présider l’Eucharistie.

Ensemble, nous offrons au Seigneur, par le Cœur Eucharistique de Jésus, la vie donnée de nos sœurs qui ont vécu cette étape de vie dominicaine missionnaire adoratrice avec tout son poids d’amour et de détachement; puisse-t-Il continuer d’être missionnaire en chacune de nos sœurs.