Hommage à soeur Ida

Sa seule présence communiquait Dieu

Au début de la célébration des funérailles célébrées le lundi 14 septembre 2020 à l'église Saint Ignace de Loyola, (paroisse Notre Dame de Beauport), s. Julienne Turmel, prieure générale, a adressé un hommage à s.Ida. Le voici, agrémenté de quelques photos de notre soeur à différentes époques de sa vie.

 

Chers parents et amis de notre sœur Ida,

Dans notre communauté, une tradition veut que les sœurs qui ont fait leur profession temporaire le jour même où notre fondatrice, mère Julienne du Rosaire, a fait sa profession perpétuelle, soient appelées les PREMIÈRES. Sœur Ida, qui faisait partie de ce groupe, est la dernière à nous quitter pour rejoindre celles qui sont déjà parties vers la Maison du Père. Donc, pour notre communauté, c’est une page d’histoire qui se tourne. Nous rendons grâce au Seigneur de nous avoir laissé sœur Ida pendant plus de 72 ans : quel trésor!

Ida, l’ainée d’une famille de 10 enfants, demeurait à  la paroisse Saint-Joseph de Québec. Elle a grandi dans une famille modeste, chaleureuse et profondément chrétienne. Elle a fait son cours primaire à l’école de la paroisse, puis elle a laissé ses études pour aider sa mère. Tous les jours, elle participait à la messe. Ses parents avaient le souci de rendre leur famille heureuse : chaque enfant était tendrement aimé, a-t-elle écrit.

Ida s’est sentie appelée à la vie religieuse vers l’âge de 12 ans, à l’occasion de sa profession de foi. Avec les années, son désir a grandi. Le 5 juillet 1946, sa sœur Florence entrait comme postulante dans notre communauté naissante; quelques membres de sa famille, dont Ida, étaient venus la reconduire. Dans ses souvenirs, elle écrit : « Je fus impressionnée par le regard rayonnant de mère Julienne, ses grands yeux bleus m’ont rejoint particulièrement et il me semble que de là découle ma vocation dominicaine missionnaire adoratrice. »

Sa mère, ayant perçu la réaction de sa fille ainée, communiqua avec mère Julienne, puis la dégagea du travail qu’elle accomplissait à la maison, afin qu’elle puisse réaliser son rêve. C’est ainsi que, le 3 octobre 1946, à l’âge de 20 ans, elle entra à son tour dans notre communauté.

Sœur Ida était toute ouverte à Dieu et tournée vers les autres; elle ne pensait pas à elle-même. Humble, silencieuse, à l’exemple de saint Joseph dont elle avait reçu le nom à sa première profession, discrète, recueillie, sa seule présence communiquait Dieu. Elle avait aussi une grande dévotion à l’Esprit Saint et se confiait filialement à la Vierge Marie.

En communauté, elle aimait toutes ses sœurs; toujours disponible, rien ne semblait la déranger et nous pouvions compter sur elle, non seulement pour nous aider, mais le plus souvent pour confier nos demandes au Seigneur. Il en était de même pour les membres de sa chère famille.

Réceptionniste, sœur Ida répondait aux appels téléphoniques, écoutait les confidences qui lui étaient faites, encourageait, priait pour ces gens… Soit au parloir, soit du côté des visiteurs et chaque fois que nous accueillions des groupes, elle était là, ayant un bon mot pour chacun, chacune… Sa famille spirituelle s’agrandissait toujours.

Dès les débuts de sa vie religieuse, sœur Ida fut profondément touchée par les enseignements de mère Julienne, qu’elle ne cessa de méditer tout au long de sa vie, approfondissant ainsi sa connaissance du Cœur Eucharistique de Jésus dans tous ses mystères. Elle transcrivait sur des petits papiers certains passages datés et signés MJR, qu’elle remettait à ses sœurs ou aux personnes qui venaient la rencontrer, ou encore aux visiteurs qu’elle accueillait du côté extérieur. Fait remarquable : la pensée tombait toujours à point!

Sa santé déclinant, elle fut transférée à l’Infirmerie intercommunautaire des Augustines de la Miséricorde de Jésus. Avec une autre compagne, elle quitta donc notre Cénacle le 9 septembre 2014. Ce fut pour elle une grande épreuve qu’elle accepta généreusement. Dans son nouveau milieu de vie, elle continua à s’oublier et à se tourner vers les autres. Elle y demeura jusqu’à son décès, survenu le 7 septembre dernier, après avoir fait un ACV qui provoqua une paralysie du côté gauche, le 26 août. À la suite de cet accident, elle demeura lucide pendant plusieurs jours.

Chère sœur Ida, merci de ce que vous avez été pour l’Église, les prêtres et tant d’autres personnes, spécialement pour chacune de vos sœurs en communauté. De là-haut, continuez d’intercéder pour nous tous. Nous vous disons un au revoir chaleureux et combien reconnaissant!

Sœur Julienne Turmel, o.p.